Beaucoup de gens pensent que le fait d’être dominant ou soumis ou de changer de camp est quelque chose qui est ancré dès la naissance. Ils pensent qu’ils ne peuvent pas apprendre à être dominants dans la chambre à coucher ou à devenir plus soumis, mais même si vous êtes un dominant de naissance, vous devez acquérir les connaissances et l’expérience nécessaires pour être une bonne Dominatrice. Et vous pouvez apprendre à dominer votre homme habilement, même si ce n’est pas un moteur de votre personnalité.

Avec la bonne attitude, un esprit ouvert et les bons outils à votre disposition, vous découvrirez rapidement que devenir dominant dans la chambre est faisable, responsabilisant et très amusant ! Suivez ces règles simples et vous serez sur la bonne voie pour devenir plus dominant et aventureux dans la chambre à coucher.

Ce n’est pas un saut de géant

Si vous intervenez trop tôt, vous pourriez vivre une expérience négative qui pourrait être évitée ou, pire encore, quelqu’un pourrait être blessé.

Même si vous finissez par dominer votre homme de main avec des fouets et des lames, ne vous attendez pas à faire cela dès le début. Il faut du temps pour apprendre à être dominante et, ce qui est peut-être plus important, à être une bonne dominatrice pour un partenaire. Pour être un bon dominant, il faut de l’expérience.

Vous devriez commencer par des activités moins intenses ou extrêmes (rappelez-vous : le simple fait de jouer avec l’échange de pouvoir peut rendre les choses plus intenses !) De cette façon, si quelque chose tourne mal, c’est beaucoup plus facile à gérer parce que c’est votre responsabilité en tant que dominant de prendre les choses en main si elles tournent mal. Le fait de savoir que vous pouvez gérer les petits – ou les gros – obstacles vous donnera la confiance nécessaire pour vous attaquer à des types de jeu plus intenses et pour réagir calmement lorsque quelque chose tourne mal.

Si vous voulez donner à votre amant des orgasmes foudroyants, tortueux et criards qui le maintiendront sexuellement obsédé par vous, alors vous pouvez apprendre ces techniques sexuelles dans ma lettre d’information privée et discrète. Vous apprendrez également les 5 erreurs dangereuses qui ruineront votre vie sexuelle et votre relation. Obtenez-les ici.

D’un autre côté, dominer votre homme n’a pas besoin d’être super extrême. Si vous avez seulement envie de lui commander quelques actes principalement vanille (la vanille, dans ce contexte, fait référence à des activités sexuelles non coquines), c’est bon aussi ! Le simple fait d’exercer ce pouvoir peut être très érotique, et vous pouvez tous les deux faire l’expérience du flux de pouvoir entre vous. Initier le sexe et apprendre à votre partenaire ce qu’il faut faire n’est peut-être pas super pervers (qu’est-ce qui est pervers, de toute façon ?), mais c’est un excellent début et peut vous aider à avoir de meilleures relations sexuelles !

Alors, commencez par cela.

L’erreur que font tant de femmes lorsqu’elles cherchent à devenir dominantes, c’est qu’elles pensent qu’elles doivent changer radicalement et massivement leur attitude et leurs actions. Heureusement, ce n’est pas du tout le cas. En fait, si vous changez soudainement d’attitude, vous risquez même de faire flipper votre homme, ce qui n’est évidemment pas du tout le but.

Quelles mesures pouvez-vous donc prendre pour devenir lentement plus dominant ?

Essayez de prendre l’initiative : Embrassez votre homme quand il ne s’y attend pas. Passez votre main sur sa cuisse pour lui faire savoir ce que vous pensez. Prenez-le par la main et emmenez-le dans un endroit privé, puis commencez à défaire sa ceinture. Poussez-le vers le bas sur votre lit. Essayez des positions sexuelles “femmes au sommet”. Mordez-lui doucement la lèvre. Commencez par les choses les plus faciles et vous remarquerez rapidement à quel point c’est facile et amusant !

Dites-lui que vous voulez essayer quelque chose de nouveau : vous pouvez lui pincer les bras et l’attacher au lit. Vous pourriez lui menotter les mains dans le dos et ensuite lui faire une pipe. Vous pourriez lui demander de descendre sur vous et ensuite utiliser vos mains sur sa tête pour le guider exactement là où vous voulez qu’il se concentre.

Continuer à avancer

Une fois que vous êtes à l’aise avec cela, il est temps de passer à l’étape suivante. Certaines personnes trouvent que, lorsqu’on apprend à être dominant, la meilleure façon d’accélérer les choses est de dire ce que l’on a à dire. Cela peut vous permettre de vous mettre plus facilement dans le bon espace de tête.

Commencez par lui donner des ordres ou des commandes simples :

Pouvez-vous me faire une faveur et me masser les pieds ?

Apportez-moi un verre de vin, voulez-vous ?

Va me réchauffer le lit.

Une fois qu’il se conforme avec joie à ces ordres, vous pouvez devenir un peu plus perverse, surtout lorsque vous avez des rapports sexuels avec votre homme. Voici quelques exemples d’ordres à lui donner.

Tu vas me goûter (puis lui baisser la tête physiquement pour qu’il commence à te manger).

Tu ne peux pas jouir tant que je ne te le dis pas, d’accord ?

Tu n’as pas le droit d’avoir un orgasme tant que je n’ai pas joui au moins deux fois.

Astuce : vous pouvez en apprendre beaucoup plus sur la façon de parler de choses cochonnes à votre homme pour créer une tension sexuelle et l’exciter dans cette vidéo.

Ce ne sont là que quelques exemples d’ordres que vous pouvez donner à votre homme. Vous n’avez pas nécessairement besoin de les utiliser, mais ils vous donneront une bonne idée du genre de choses que vous pouvez dire à votre homme pour qu’il soit dominant et pour que vous soyez tous les deux à l’aise dans vos rôles.
Découvrez votre saveur de domination

Une fois que vous aurez essayé certaines de ces suggestions et que vous aurez “trempé votre orteil” dans le domaine de la domination de votre homme, il sera temps de commencer à déterminer quel type de domination vous préférez.

La plupart des gens ne veulent explorer la domination que dans une faible mesure et la garder confinée à la chambre à coucher. D’autres veulent mener un style de vie 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et “posséder” ou contrôler complètement leur homme. Tant que vous n’aurez pas commencé à explorer la domination, vous ne saurez pas exactement ce que vous voulez.

Une chose que les gens comprennent souvent mal quand on veut être dominant au lit, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’être extrême ou cruel. Il est parfaitement valable d’être un dominant plus aimant, ou de s’en tenir à des activités un peu moins “perverses”. En fait, cela peut être préférable.

Vous vous sentirez plus à l’aise de dominer votre homme lorsque vous êtes une version dominante de vous-même et que vous ne vous contentez pas d’imiter ce que vous pensez que la domination devrait être.

Ainsi, si votre estomac se retourne lorsque vous pensez à piétiner les parties génitales de votre homme, vous n’avez pas à le faire. Bien sûr, être sadique et cruel peut être amusant et gratifiant. Mais vous n’avez pas besoin de vous concentrer sur la correction et la punition de votre comportement.

Quelle est l’alternative ?

Vous pouvez être un dominant aimant. Au lieu de punir, vous vous concentrez sur la récompense d’un bon comportement. Au lieu de dire à votre partenaire qu’il est mauvais ou de l’humilier, vous lui faites savoir à quel point il vous a fait plaisir en faisant ce que vous avez demandé comme vous le vouliez.

Maintenant, il n’y a rien de mal à être cruel ou sadique. Certains soumis abandonnent le contrôle parce que c’est précisément ce qui les fait sortir. Et si cela fonctionne pour vous et votre partenaire, c’est génial ! Mais n’hésitez pas à être plus romantique et gratifiant si cela vous convient mieux, ou même à choisir en fonction de votre scène.

Cela nous amène à la question suivante, si vous voulez savoir comment être plus dominant au lit.
Qu’est-ce qu’une scène ?

En lisant des articles sur la domination, le BDSM et d’autres activités perverses, vous rencontrerez souvent ce terme, scène. Dans le cas présent, il s’agit d’une scène de jeu.

Donc…

Au cours d’une scène, vous pouvez utiliser des surnoms spécifiques, qui aident à faire respecter vos rôles et à vous mettre dans le bon espace de tête. Par exemple, votre partenaire peut appeler votre maîtresse [nom] ou une variante de votre nom réel pendant une scène. Vous pouvez lui demander de vous appeler “Madame” ou d’utiliser certaines structures de phrases lorsqu’il s’adresse à vous. Certaines dominantes féminines s’appellent “Maman”.

Ce sont toutes des préférences personnelles.

Parfois, les scènes sont assez bien planifiées et il y a peu de place pour la déviation. Ce peut être une bonne façon de jouer lorsque vous essayez pour la première fois de dominer votre partenaire, de jouer avec un nouveau partenaire ou d’essayer quelque chose de nouveau et de plus intense.

D’un autre côté, les gens jouent parfois plus à l’oreille avec des partenaires ou des activités familières ou lorsqu’ils ne font rien de super intense.
Soyez en sécurité et connaissez les risques

N’oubliez pas, cependant, que ce n’est pas parce que vous avez joué comme avant que ce n’est pas risqué.

Même le sexe “vanille” comporte des risques de grossesse, de transmission d’IST ou de blessure. Quelque chose que vous avez fait mille fois auparavant peut encore mal tourner.

Dans les scènes de perversité, il y a un acronyme qui représente cela, RACK. RACK signifie “risk aware consensual kink”, c’est-à-dire “être consensuel conscient des risques”. En gros, cela veut dire que tout ce que vous faites est consensuel mais que vous reconnaissez aussi le risque inhérent.

Vous pouvez en apprendre plus sur RACK dans cet article sur les règles essentielles du BDSM. Le respect de ces règles est essentiel lorsque vous dominez votre homme et peut contribuer à atténuer certains des risques liés aux activités perverses. L’article contient des conseils généraux et des conseils qui fonctionnent aussi pour les soumis, mais vous devriez continuer à lire ci-dessous si vous voulez des conseils de domination en particulier.
Vos responsabilités en tant que Dominatrice

Vous pourriez être impatient de sauter dans votre première scène avec votre partenaire. Peut-être avez-vous déjà joué ensemble et réalisé que vous aimez être dominant au lit. Félicitations ! Mais vous voudrez peut-être reculer un peu, surtout si vous avez l’intention d’essayer des activités plus intenses.

Même si vous n’essayez jamais rien de super extrême, il est important de réaliser qu’en tant que dominant, vous avez des responsabilités uniques dans votre scène. Vous n’êtes pas seulement la personne qui doit attacher votre partenaire et lui donner la fessée, vous devez aussi veiller à sa sécurité.

Vous devez donc suivre quelques règles pendant votre scène et même avant pour vous assurer que vous êtes bien préparé.

Connaissez vos outils. Cela peut signifier s’entraîner sur un oreiller devant une personne, traiter une corde avant de l’utiliser pour la première fois, faire des recherches avant même d’acheter un nouveau jouet ou outil, ou regarder quelqu’un d’autre l’utiliser (Youtube est incroyablement utile à cet égard). Certains dominants n’utiliseront pas les objets sans les tester sur eux-mêmes pour en comprendre tout l’impact. Vous voudrez également apprendre à nettoyer et à ranger les objets que vous utilisez.
Négociez la sécurité et les limites avant votre scène. Avant de jouer avec quelqu’un, il est essentiel de connaître les mots de sécurité, les problèmes de santé et les limites strictes et souples. Vous pouvez utiliser un contrat BDSM pour vous assurer que tout est couvert. Consultez ces exemples de contrats BDSM.
Préparez-vous au pire. Nous vous recommandons de mettre en place tout ce dont vous pourriez avoir besoin pour une scène qui tourne mal. Quelque chose d’assez solide pour couper le bondage (des ciseaux de sécurité ou un coupe-boulon), des clés pour les serrures, une trousse de premiers secours et un téléphone portable chargé sont tous recommandés. Il peut même être utile d’avoir un extincteur à proximité. Le fait de savoir que ces articles sont à portée de main en cas de problème peut vous aider à garder la tête froide.
Commencez plus léger que la lumière, construisez plus lentement que lentement. Cette citation, adaptée du célèbre Jay Wiseman, est idéale pour s’assurer qu’une scène se déroule comme vous le souhaitez. Vous pouvez toujours aller plus vite ou plus fort, mais vous ne pouvez pas reprendre quelque chose qui a fait du mal.
Respectez tous les mots sûrs. Votre soumis doit savoir que vous respecterez les mots de sécurité. Certaines personnes affirment même que vous ne pouvez pas vous fier à leur consentement si vous n’êtes pas sûr qu’elles se sentent en sécurité pour le révoquer. Vous pouvez essayer une scène où vous exigez que votre partenaire utilise un mot de sécurité pour s’entraîner. Chaque fois que votre soumis utilise un mot (ou une action) de sécurité, respectez-le. Arrêtez-vous et enregistrez-vous. Si vous utilisez le système de feux de circulation, un jaune peut signifier une pause ou un arrêt.
Enregistrez-vous auprès de votre partenaire. Même si votre partenaire n’utilise pas son mot de passe, il est conseillé de se présenter à l’enregistrement. Bien fait, vous n’avez pas à interrompre votre personnage ou le déroulement d’une scène en grognant sexuellement : “Tu aimes ça, n’est-ce pas ? Mais il est tout à fait acceptable d’être plus direct et prudent, d’autant plus que vous apprenez à être plus dominant ou que vous jouez avec de nouveaux partenaires qui peuvent réagir de manière inattendue lorsque quelque chose se passe, que ce soit bien ou mal.
Soyez attentif à leur comportement. Parfois, un soumis peut ne pas se sentir à l’aise d’utiliser un mot de sécurité ou peut ne pas en être capable parce qu’il pourrait être bâillonné ou incapable de parler pour une autre raison. Si elle se glisse dans le sous-espace (apprenez ce qu’est le “sous-espace”), elle peut ne pas être consciente de son état actuel. Vous devrez surveiller votre partenaire et prêter attention aux indices corporels et aux signes non verbaux de détresse. Vous devrez peut-être parfois arrêter la scène si vous la remarquez.
Ne laissez jamais votre partenaire seul. Certaines personnes peuvent plaisanter en disant qu’elles essayent de faire sortir une personne de la pièce ou même de courir au magasin, mais laisser une personne attachée seule peut être assez dangereux. Si elles sont suspendues, le système pourrait s’effondrer. Elles pourraient subir un problème de santé naturel, comme une attaque, une convulsion ou même un saignement de nez, sans que personne ne s’en occupe.
Restez calme si quelque chose tourne mal. Le terme “mal” est subjectif. Cela pourrait signifier que votre partenaire utilise son mot de sécurité, vous devez donc vous arrêter/pauser et vérifier. Cela peut signifier la fin prématurée de la scène. D’autre part, une blessure, un évanouissement, une crise, un incendie ou tout autre problème inattendu exige que vous, le dominant, preniez les choses en main. Si vous êtes préparé, vous devriez être en mesure de faire face à la plupart des problèmes facilement et vous pouvez rester calme en le faisant.
Prenez soin de votre soumis – et de vous-même. L’aftercare est le nom donné au traitement après une scène qui aide une personne à retrouver son équilibre physique et mental. Il peut s’agir de nourriture et de boisson, d’une couverture chaude ou de câlins. Certaines personnes préfèrent le silence et la solitude. L’aftercare est très varié, et vous devez être prêt non seulement à le fournir à votre partenaire, mais aussi à chercher des moyens de le réaliser en tant que dominant (oui, ils en ont souvent besoin aussi !). En savoir plus sur l’accompagnement BDSM.
Demandez de l’aide si nécessaire. Bien que de nombreuses personnes participent à certains aspects de la BDSM en dehors de toute communauté, le fait d’être en contact avec d’autres kinksters peut vous apporter des connaissances, de l’expérience, du soutien et des conseils. Par exemple, il se peut que vous ne soyez pas en mesure d’assurer un suivi dans certaines situations. Cela peut être après une scène particulièrement intense ou pour vous-même. Vous pouvez demander l’aide d’une autre personne pour assurer le suivi. Il suffit de le faire avant une scène afin qu’elle accepte d’être disponible. Demander de l’aide signifie également appeler le 911/999/122 lorsque vous en avez besoin.

Toutes ces règles vous aident à orchestrer une scène qui est sûre et qui devrait être agréable pour toutes les personnes concernées. Cela peut sembler beaucoup, mais le fait d’être préparé aide à minimiser les conséquences négatives. Vous pouvez respirer un peu plus facilement en sachant que vous avez les connaissances et les éléments nécessaires pour vous protéger, vous et votre partenaire.

Il va sans dire que vous devez respecter votre partenaire. Si vous ne le respectez pas, vous risquez d’ignorer les règles et les responsabilités qu’un domi

La négociation est le moment où vous pouvez parler de ce que vous voulez faire et de ce que vous espérez réaliser. À quoi ressemblera une scène réussie ? Comment chacun de vous saura-t-il que tout va bien ? Répondre à ces questions signifie que vous apprenez à connaître votre partenaire et lui vous, et cela peut vraiment vous mettre dans l’ambiance !

Comme vous pouvez le constater, il faut beaucoup de communication lorsque vous voulez le dominer. En fait, certaines personnes pensent que la scène BDSM a aidé les gens à parler plus explicitement et plus sainement de la sexualité.

Si vous avez du mal à vous exprimer lors de ces discussions, ne vous inquiétez pas. Beaucoup de gens ont du mal à parler de sexe. Cependant, cela devient plus facile avec le temps et l’expérience. Et parler de sexe peut grandement améliorer votre vie sexuelle.

Votre première scène

Si vous cherchez des idées de domination pour votre toute première scène, je vous suggère quelque chose d’assez apprivoisé. Commencez par le sexe auquel vous êtes habitué et ajoutez un élément tel que le bondage ou un bandeau pour les yeux. L’idée d’ajouter les deux en même temps peut sembler peu judicieuse, mais l’ajout de deux éléments inédits peut être accablant pour vous deux.

Vous pouvez donc attacher votre partenaire et faire ce que vous voulez avec lui, que ce soit en le chevauchant, en lui faisant une fellation, en le taquinant avec vos mains ou avec un jouet sexuel pour l’approcher de l’orgasme, puis en reculant, ou en vous asseyant sur son visage.

Vous pouvez aussi lui bander les yeux mais avoir des rapports sexuels réguliers. Un conseil de domination pour aider votre partenaire est de lui parler de ce que vous faites les premières fois qu’il a les yeux bandés, comme une masseuse peut annoncer ce qui va suivre. Cela permet de s’assurer qu’il n’y a pas de surprises.

N’oubliez pas : il est normal de se sentir un peu nerveux. C’est pourquoi vous commencez petit. Et il est normal que les choses soient gênantes, surtout si vous êtes habituellement dans un rôle de soumission.

Lorsque votre scène est terminée, relâchez votre partenaire et procédez au suivi.

Une fois que vous êtes tous les deux à l’aise avec chaque élément séparément, vous pouvez les combiner dans les scènes suivantes.
Que faire si quelque chose ne va pas ?

Arrêtez. Restez calme. La panique peut vous amener à réagir lentement ou pas du tout ou à faire les choses d’une manière frénétique qui rend les choses dangereuses. Déterminez ce que vous devez faire.

Cela signifie probablement détacher quelqu’un, lui enlever les bandeaux et les bâillons, et trouver un endroit où son corps pourra se reposer confortablement et en toute sécurité. La personne peut être consciente ou non. Parlez-leur calmement s’ils sont alertes pour rester connectés et faites-leur savoir ce qui se passe.

Si vous avez rassemblé ces objets à l’avance, vous ne serez pas en train de chercher des clés, des ciseaux de sécurité ou un pansement.

Soignez les blessures et administrez les médicaments appropriés. Êtes-vous à l’aise pour faire des injections si nécessaire ?

Il se peut que vous deviez appeler le 911 ou le service d’urgence approprié et vous habiller suffisamment pour rencontrer les ambulanciers à la porte. Ne bougez pas et n’habillez pas votre partenaire si cela risque d’aggraver son état.

La plupart des scènes ne se termineront pas mal. Vous pouvez occasionnellement avoir affaire à une personne qui s’évanouit ou à un jet errant du fouet coupant la peau. La plupart des problèmes qui ne mettent pas la vie en danger passeront rapidement. Parfois, la scène peut se poursuivre, mais vous pouvez vouloir l’abréger par mesure de sécurité.
Après la scène

Lorsque votre scène est terminée, il est temps de fournir un suivi, ce que nous avons déjà un peu évoqué. Nous ne nous étendrons pas beaucoup parce que vous pouvez faire défiler ou lire ce guide de l’accompagnement, mais il y a deux ou trois choses à garder à l’esprit.

Tout d’abord, le suivi peut être étendu. Vous pouvez assurer un suivi initial, mais un appel de suivi le lendemain matin ou même un rendez-vous rapide pour un café ou une glace quelques jours plus tard permet de s’assurer que votre partenaire se porte bien. Une fois que les hormones se sont calmées, il se peut qu’il se sente dépassé, même s’il a apprécié la scène. Et il peut s’écouler un jour ou plus avant que leur corps et leur esprit ne reviennent à la normale.

L’épuisement de l’énergie et des hormones est connu sous le nom de “sub drop”. Plus d’informations à ce sujet ici.

Deuxièmement, une scène peut drainer un dominant tout comme un soumis. C’est ce que l’on appelle le top drop et parfois le dom drop, et c’est l’une des raisons pour lesquelles les dominants et les tops ont besoin d’un suivi, eux aussi.

Le top drop peut impliquer des symptômes physiques et mentaux tels que :

Fatigue
Douleur
Difficulté à prendre des décisions
Pensée nuageuse
Insomnie
Perte d’appétit
Manque d’intérêt pour les passe-temps ou le sexe
Agitation ou anxiété
Irritabilité
Tristesse

Il y a des sentiments particuliers que vous pouvez ressentir après avoir dominé quelqu’un. Se sentir coupable de la façon dont on a traité quelqu’un, se demander si on est une mauvaise personne ou douter de sa valeur, et même avoir des pensées suicidaires, tout cela peut arriver à un dominant après une scène, même si la scène ne semblait pas si intense. Cela peut se produire plusieurs jours plus tard [2]. Ne sous-estimez pas la façon dont l’échange de pouvoir peut améliorer l’activité sexuelle la plus élémentaire.

Votre partenaire pourra peut-être vous aider en vous remerciant d’avoir joué, en vous rassurant qu’il vous désire et se soucie de vous, ou même en vous offrant un verre d’eau. Vous pouvez peut-être vous soutenir mutuellement par vos gouttes, mais il arrive que les gouttes vous empêchent d’aider votre soumis ou vice versa. C’est là qu’une autre personne peut vous aider.

Ces sentiments négatifs peuvent être un choc si vous êtes un nouveau dominant, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles vous pourriez vouloir parler à un ou deux dominants expérimentés ou même demander à quelqu’un d’être votre mentor pervers !

Une fois que vous savez à quoi vous attendre, vous pouvez être mieux préparé. Cependant, tout le monde ne fait pas l’expérience du top drop ou n’en fait pas l’expérience à chaque scène.
Que faire lorsque vous dominez votre partenaire

Maintenant que vous êtes prêt à commencer votre scène en toute sécurité ou du moins à la planifier, vous ne savez peut-être pas quoi faire. Les activités à envisager sont presque illimitées, et ce que vous faites déjà dans la chambre à coucher peut devenir pervers simplement en disant à votre partenaire ce qu’il doit faire.

Commencez par décomposer le BDSM, l’acronyme qui sert de parapluie pour la plupart des activités perverses, en termes de base.

Bondage – Le bondage fait référence aux actes de contrainte physique de votre homme, que ce soit en l’attachant ou en contrôlant les endroits auxquels il a accès. Cela peut être aussi simple que de lui attacher les mains ensemble, mais cela peut être beaucoup plus compliqué si vous utilisez des moyens de contention spécialement conçus pour les situations de servitude. Commencez par essayer le bondage léger.

Discipline – La discipline est similaire au bondage, mais se rapporte davantage à l’aspect de la punition et du contrôle en fonction du comportement de votre homme. Ainsi, lorsqu’il enfreint les règles que vous avez créées, vous devrez le discipliner. Il existe une grande variété de moyens pour discipliner votre homme.

Vous pouvez le faire physiquement en le frappant, que ce soit avec vos mains, un fouet, une canne, une pagaie ou tout autre objet de votre choix. Vous pouvez également le discipliner psychologiquement, soit en l’humiliant, soit en contrôlant les endroits auxquels il a accès (par exemple, en ne lui permettant d’accéder qu’à certaines pièces de votre maison).

Domination (et soumission) – Si vous êtes le dominant, alors votre partenaire se soumet à vous, suit les ordres et essaie de vous faire plaisir. Mais il vous a donné le pouvoir de le faire et peut le révoquer et peut le faire s’il ressent le besoin d’utiliser sa parole de sécurité. Vous pouvez vous engager dans des éléments de servitude et de jeu pervers sans nécessairement dominer votre partenaire. C’est ce qu’on appelle le “topping”, et il y a des hauts qui ne s’identifient pas comme des dominants.

Notez qu’une personne qui est à l’aise dans les deux rôles est appelée “switch”.

Sadisme – Le sadisme est l’excitation et la satisfaction sexuelles qui accompagnent le fait d’infliger à quelqu’un une douleur ou une détresse. Cela peut donc venir du fait de frapper ou de fouetter votre homme, mais aussi de le mettre dans une situation où il est humilié ou bouleversé.

Masochisme – Pour de nombreux masochistes, la douleur est un type de stimulation unique, et notre corps peut souvent mieux gérer la douleur lorsqu’il est excité. Il se peut donc que vous vous retrouviez à marcher sur la fine ligne du plaisir et de la douleur lorsque vous dominez votre homme. De plus, une chose comme la fessée peut être une récompense et constituerait une mauvaise punition pour un masochiste. N’oubliez pas de lire ce guide sur la fessée érotique.

N’oubliez pas que vous pouvez choisir des éléments de jeu. Si vous n’aimez que le bondage, il n’y a rien de mal à cela.

Bien sûr, toutes les activités ne rentrent pas proprement dans ces catégories. C’est pourquoi nous avons créé la liste de contrôle BDSM qui répertorie des centaines d’activités. Vous et votre partenaire pouvez parcourir la liste de contrôle pour énumérer les activités qui pourraient vous intéresser ou même ajouter la vôtre s’il manque quelque chose !

Il y a tellement de choses à essayer que vous ne ferez peut-être jamais deux fois la même chose. Ou bien vous pouvez vous trouver tellement amoureux d’une activité spécifique qu’elle devient un incontournable dans votre chambre. C’est à vous et à votre partenaire de trouver ce qui vous convient le mieux.
Tout n’est pas question de sexe

Bien que nous parlions de comment être plus dominant au lit et que les jeux de domination impliquent le sexe pour la plupart des gens, ce n’est pas toujours le cas.

La domination et la soumission n’ont pas besoin d’impliquer le sexe du tout.

C’est vrai. Vous pouvez vous livrer à des activités sans pénétration sexuelle ou à des activités sexuelles orales ou manuelles.

Certaines personnes éprouvent un plaisir sexuel, voire un orgasme, en pratiquant des activités perverses, même si elles ne sont pas trop sexuelles. Mais vous pouvez choisir de dominer quelqu’un sans sexe, et certaines personnes choisissent d’exclure le sexe lorsqu’elles jouent avec des personnes en dehors de leurs relations amoureuses pour éviter de violer leurs accords de couple.

Vous pouvez aussi choisir de renoncer au sexe si vous jouez dans une fête ou un espace public plutôt qu’à la maison. Comme pour tout ce qui concerne le BDSM, c’est à vous de décider.

 

Préférence de la femme en couple :
Endroit de préférence pour le sexe de cette femme mariée: